Avant la découverte du test adn dans les années 1980, un certain nombre de pays utilisaient l’analyse des groupes sanguins ou même l’expertise anthropologique pour établir un lien de filiation paternelle. Il faut cependant noter que ce genre de test manquait cruellement de fiabilité, ce qui explique leur abandon en faveur du test de paternité par ADN. En général, le test adn est destiné à confirmer ou infirmer la filiation entre deux individus, à savoir un enfant et son présumé père.

En effet, il est très rare que l’identité de la mère soit inconnue, ce qui n’est pas le cas du père. Grâce au test de paternité donc, il est possible de déterminer scientifiquement et de manière objective si monsieur X est bien le père de l’enfant Y, avec une probabilité supérieure à 99 %. Il est donc tout à fait logique que, chaque année, des milliers de personnes suivent en France la procédure afin de pouvoir réaliser le test de paternité sur le plan légal.

Et comme les statistiques l’annoncent ces dernières années, pour environ 30 % des cas traités, il s’avère que le père biologique soit différent du père social. Il est par conséquent raisonnable de penser que près de 700 pères ont le bonheur chaque année de découvrir que l’enfant qu’ils élèvent est bien le leur. Et ce, sans parler des 20 000 familles qui recourent de manière clandestine au test adn dans un laboratoire étranger.

L’aspect juridique du test adn en France

Il est possible que vous ne sachiez pas comment faire un test de paternité en toute légalité en France. Il faut en effet souligner que le test prénatal d’ADN ainsi que le test de paternité sont strictement réglementés dans l’Hexagone. Ce sont les articles L 1131-1 à L 1133-10 et R 1131-1 à R 1132-20 du code de la santé publique ainsi que les articles 16-10 à 16-30 du Code civil, 226-25 à 226-30 du code pénal et L 111-6 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile qui fixent les modalités de test ADN dans l’Hexagone. Ainsi, la loi n’autorise de faire test ADN que dans des conditions précises. Il s’agit notamment de recherches scientifiques ou des fins médicales, ou encore dans le cadre d’une instruction ou d’une enquête judiciaire. Il est également permis de réaliser le test adn afin d’établir ou de contester un lien de filiation. Enfin, la législation permet d’effectuer le test de paternité dan le but d’identifier un militaire qui serait décédé dans le cadre d’opérations armées.

Mais le bonheur peut être au bout du chemin

La plupart du temps donc, il faut suivre une longue, fastidieuse et coûteuse procédure pour pouvoir pratiquer un test de paternité en France. Cependant, grâce à cette patience, les parents ont le bonheur de vivre en pleine harmonie avec les enfants. Il est également possible que ce sont les enfants qui recherchent leurs parents s’ils ont été adoptés. Et l’histoire peut même se terminer en conte de fées, comme c’est le cas de ce SDF hollandais dénommé Jerry Winkler qui découvre après avoir passé le test qu’il est le fils d’Alfred Winkler, qui est un multimillionnaire. Sa mère a été la secrétaire du richissime personnage et ils ont eu une liaison dont le fruit est donc Jerry.